Le patron, un leader

Un recent sondage fait aupres de travail- leurs canadiens revele que 66 d'entre eux accordent beaucoup d'importance a l'amitie au travail et aux liens etroits avec les collegues. Ces amities seraient plus importantes que la remuneration. La qualite des relations patron-employe et superviseur-employe est percue comme un facteur de retention, d'ou l'attache- ment des travailleurs a leur entreprise. 

Ce constat met bien en evidence que le chef d'une entreprise a un role determinant quant a la motivation au travail. De patron, il doit devenir un leader.

Essentiellement, le patron a une passion : son entreprise. Il exerce son leadership s'il parvient a transmettre cette passion de facon dynamique par une action concertee avec ses employes. Ainsi, il reconnalt que ces derniers, quelle que soit leur position dans l'entreprise, contribuent a une partie du succes de celle-ci. Cette premiere etape constitue la base sur laquelle les autres variables organisationnelles et personnelles vont se greffer.

Dans le cas du professionnel de la sante qu'est le pharmacien, il inculque le desir de servir, d'informer le client par des conseils susceptibles de l'aider, de le securiser et de bien l'orienter dans sa facon de s'occuper de sa sante. De son laboratoire, le pharmacien devient un conseiller, car on lui a communique la passion de servir.

Le leader est egalement celui qui respon- sabilise ses employes dans un lien de confiance, ce qui augmente l'estime de soi de ces derniers. Le bon leader se sert des connaissances de ses employes pour developper leurs competences. S'il y a lieu, il stimule leur participation par des rencontres ou il ecoute ses employes et partage ses projets avec eux. Cette retroaction active du patron-leader a un effet motivateur. Il projette ainsi l'image d'une personne d'equipe.

Les employes sont tous sensibles aux marques de reconnaissance. Le leader valorise l'appreciation aupres de ses employes en s'adressant directement a la personne concernee. Il evite les formules impersonnelles comme le courriel ou le memo corporatif. Le leader ne doit jamais dissocier sa sensibilite de son savoir.

Il fait de meme a l'egard des autres qu'il dirige. Capable de reconnaltre ses propres erreurs, il sera alors percu comme un patron integre, juste et capable d'empathie.

Le leader est un rassembleur. Il multiplie les occasions de rencontres et de partage avec son monde : il evite ainsi une forme d'isolement chez ses employes, car l'isolement entralne la perception que la tache qu'on accomplit n'a que peu d'importance. Ce rassembleur se montre attentif aux conflits interpersonnels dans son entreprise, les gere le plus rapide- ment possible et ne prend pas pour acquis que le temps arrange les choses. Il devient alors un bon mediateur, sans jamais oublier qu'il est le decideur.

Finalement, le leader inculque a son personnel l'importance d'apprendre a donner au suivant. Il le fait par l'exemple d'un engagement responsable dans une cause sociale de son choix, y implique son personnel et valorise leur implication.

On peut alors se demander : existe-t-il une personnalite typique du patron-lea- der? Les caracteristiques d'un bon leader resident dans celles de l'intelligence emotionnelle, dont le concept a ete elabore par le psychologue americain Daniel Goleman (1995). Il s'agit du levier du leadership. Dans l'intelligence emotionnelle resident les habiletes et certains prerequis au leadership efficace. On y retrouve une bonne capacite d'ecoute et une facilite a entretenir des relations harmonieuses et fructueuses avec les autres. On y ajoute les capacites a influencer, a persuader les autres et a prendre des decisions a l'aide de la raison et de l'intuition, en l'absence d'improvisation et d'impulsivite.

Le leader qui a une bonne intelligence emotionnelle a su developper une gestion emotivo-rationnelle de ses comportements et de ses attitudes. Il est donc capable de s'adapter aux nouvelles situations et d'etre ouvert aux changements lorsque les destines de l'entreprise l'exigent, pour quelques motifs que ceux soient et meme lors de situations difficiles.

L'intelligence emotionnelle ne se developpe pas de facon virtuelle. Certes, elle peut s'acquerir ou se developper par une bonne analyse de soi et un sens de l'autocritique. Les caracteristiques de l'intelligence emotionnelle se retrouvent chez les personnes qui ont fait, dans leur passe, des apprentissages ou la qualite des relations humaines etait valorisee, comme l'ecoute, le respect, la perseve- rance devant l'effort, le desir de reussir et de developper des competences de toutes sortes. Ces apprentissages contribuent au developpement de la confiance et de la conscience de soi.

Il n'est jamais trop tard pour apprendre, comme nous le dit le dicton. Le coaching comportemental offert par les psycholo- gues aide les chefs d'entreprise et les autres cadres administratifs a modifier certaines attitudes ou comportements. Ils y font l'apprentissage de nouvelles habiletes relationnelles propres a l'intelligence emotionnelle.

Bookmark and Share

Comments

  1. There are no comments yet.

Leave a Comment